Feeds:
Articles
Commentaires

Je vous avais bien prévenus dans ce billet!

 

La manière avec laquelle le financement gouvernemental de Bombardier a été structuré l’an dernier avait comme sous-objectif principal de permettre à la famille de garder le contrôle de l’entreprise au détriment des contribuables. La structure de capital actuelle de Bombardier comporte des actions multi-votantes qui donnent le contrôle du conseil d’administration à la famille, ce qui lui permet entre autres de décider des salaires des dirigeants.

 

En investissant directement dans la division C-Series plutôt que dans la corporation, le gouvernement du Québec n’a pas un mot à dire sur les décisions de l’entreprise et sur sa gouvernance malgré une participation d’un milliards de dollars américains faîte au nom des citoyens Québécois. La Caisse de Dépôts a quant à elle investi dans la division Transport, tandis que le gouvernement fédéral a consenti un prêt de $372.5 millions; ces deux financements ne donnent pas de mot à dire sur la gouvernance de la corporation non plus.

Lire la suite »

Auparavant, le Portugal était aux prises avec un grave problème d’héroïne. En 2001, le gouvernement a décriminalisé la possession de drogues; c’est-à-dire de toutes les drogues, incluant l’héroïne. Plusieurs s’attendaient à ce que la consommation de drogues explose et que le Portugal devienne un paradis de la drogue, avec tous les problèmes que cela pourrait apporter.

Lire la suite »

luck1

“Success and Luck: Good Fortune and the Myth of Meritocracy”, par Robert H. Frank.

Qu’est-ce qui explique que certaines personnes aient du succès dans la vie? Ont-ils travaillé plus fort que les autres ou ont-ils simplement été chanceux? Ce livre de Robert Frank tente de nous convaincre que la chance joue un rôle prépondérant dans le succès d’un individu et, par conséquent, sur son statut socio-économique. Selon Frank, pour atteindre les plus hauts échelons de la société, il faut plus que du talent et de l’effort. Il faut aussi une part substantielle de chance.

On pourrait attribuer le succès à trois facteurs : 1) les capacités et talents, 2) l’effort et l’acharnement au travail, 3) la chance.

Lire la suite »

cuba0

Aux dires de plusieurs penseurs de l’extrême gauche, la pauvreté des cubains n’est pas attribuable au régime communiste, mais bien au cruel embargo des États-Unis. Depuis 1960, les Américains se sont vu interdit de transiger, investir et voyager à Cuba. Est-ce que cette politique est responsable des insuccès du régime castriste?

Lire la suite »

presidents-and-growth6
À l’aube du premier terme d’un nouveau président américain, beaucoup de gens cherchent à comparer la « performance économique » des anciens présidents.

L’analyse la plus simpliste (et inutile) est celle de la croissance du PIB, qui donne nettement l’avantage aux présidents Démocrates. La création d’emplois et la performance du marché boursier pointent aussi dans la même direction, sans toutefois constituer des mesures adéquates.

Lire la suite »

hg1

  • Je viens de finalement visionner le dernier épisode de la série de films « Hunger Games » (ou plutôt la deuxième partie de la troisième partie…). Enfin, ce supplice d’ennui est terminé. Pourquoi l’ai-je écouté jusqu’à la fin étant donné la médiocrité de cette série? Simplement pour savoir comment ça finit sans avoir à lire les romans, mais aussi parce que la seule chose qui mérite d’être retenue de ce film est son message politique (et peut-être certaines tenues moulantes de Jennifer Lawrence…).

 

Certains gauchistes y verront une dérive extrême du capitalisme, menant à une monde rongé par les inégalités et l’exploitation de l’homme par l’homme. Cette interprétation est selon moi incorrecte, voire opposée à ce qu’il en est vraiment. Le système politique de Panem en est plutôt un d’extrême gauche.

Lire la suite »





avery5


Avertissement : si vous êtes en cours de visionnement ou avez l’intention de visionner la série « Making A Murderer » sur Netflix, vous ne devriez pas lire ce billet immédiatement, mais y revenir une fois que vous l’aurez terminée.

 

Cette série décrit en détails les circonstances ayant entouré l’emprisonnement de Steven Avery, un citoyen de la ville de Manitowoc au Wisconsin. En 1985, Avery a été accusé d’une agression sexuelle sur une femme bien en vue de cette communauté. Les policiers avaient une dent contre Avery et ont donc bouclé l’enquête rapidement, fermant les yeux sur plusieurs preuves qui auraient pu disculper Avery et négligeant de poursuivre tout autre suspect. Leur but était clairement de mettre Avery en prison, coûte que coûte.

Avery1

Après une bataille légale, les avocats de Avery ont réussi à prouver son innocence grâce à une preuve d’ADN. Avery fut libéré en 2003 après avoir purgé 18 ans de prison pour un crime qu’il n’a pas commis. Le véritable coupable fut quant à lui inculpé. Avery a par la suite entamé une poursuite de $36 millions de dollars contre le service de police de Manitowoc, dont plusieurs officiers risquaient de graves pénalités, pouvant même aller jusqu’à la perte de leur emploi.

Lire la suite »