Feeds:
Articles
Commentaires

Polanyi

“The Great Transformation: The Political and Economic Origins of Our Time”, Karl Polanyi, 1944.

 

Tel que promis dans mon billet concernant le documentaire anti-capitaliste diffusé sur Arte, j’ai fait la lecture de l’aride ouvrage de l’économiste gauchiste Karl Polanyi. En fait, j’aurais pu m’arrêter après la préface de Joseph Stiglitz et l’introduction de Fred Bock, qui résument très bien l’argumentation de Polanyi. Le livre est beaucoup trop long et, comme l’avoue Stiglitz, a plutôt mal vieilli. Ayant été publié vers la fin de la Seconde Guerre Mondiale, le livre reflète les traumatismes de Polanyi suite à la Grande Dépression et la grande guerre qui l’a suivie; l’argumentation est donc construite sur un ton pessimiste.

 

Lire la suite »

monetarism


Voici les paroles que prononça Ben Bernanke en novembre 2002, lors de l’anniversaire de Milton Friedman :

 

« Let me end my talk by abusing slightly my status as an official representative of the Federal Reserve. I would like to say to Milton and Anna [Schwartz, Friedman’s coauthor]: Regarding the Great Depression. You’re right, we did it. We’re very sorry. But thanks to you, we won’t do it again. »

Bernanke faisait référence au fait que selon Friedman & Schwartz, la Grande Dépression des années 1930s a été exacerbée par le manque de d‘intervention de la Federal Reserve à créer de la monnaie pour l’injecter dans l’économie.

 

Quelques années plus tard, suite à la crise financière de 2008, Bernanke est resté fidèle à ces paroles. Il allait orchestrer trois rondes d’assouplissement quantitatif (aka quantitative easing ou QE) qui allait injecter des centaines de milliards de nouvelle monnaie dans le système bancaire. Ces dernières années, plusieurs autres banque centrales du monde ont imité la Fed, incluant la Banque du Japon (en vertu du plan des Abenomics), la Banque d’Angleterre et la Banque Centrale Européenne (en mars 2015). La mise en place d’une telle stratégie montre à quel point le monétarisme est devenu le mode de pensée dominant des banques centrales du monde.

Lire la suite »


Flash-boys-jkt_1

Avez-vous entendu parlé du livre “Flash Boys” de Michael Lewis? Si vous travaillez dans l’industrie de la finance, c’est certainement le cas. Sinon, sachez qu’il a été en première place de la  New York Times Best Seller list pendant 4 semaines consécutives en 2014 et qu’il a causé pas mal de remous chez les régulateurs, incluant la puissante Securities & Exchanges Commission (SEC). Le livre, dont l’auteur a aussi publié « The Big Short » et « Moneyball », deux autres best-sellers récemment convertis en films, plonge dans l’univers des transactions à haute-fréquence (high-frequency trading ou HFT). Le HFT utilise des algorithmes informatiques pour générer un grand volume d’ordres boursiers à des vitesses très rapides. Cette industrie générerait des revenus de US$20 milliards par année aux États-Unis.

Lire la suite »


Trump-and-Cruz-SC-debate-1-14-16

Avec la déconfiture de Marco Rubio, Ted Cruz est maintenant le seul candidat qui pourrait plausiblement battre Donald Trump aux primaires américaines.

Lire la suite »

Clinton

Événement de Whistler auquel j’ai assisté en 2015 (à gauche: Victor Dodig, PDG de la banque CIBC).


Il y a quelques jours, j’ai brièvement analysé l’impact économique des propositions de Donald Trump. Afin de compléter l’analyse, voici une brève analyse des propositions de son adversaire la plus probable (et de celle qui gagnera probablement l’élection présidentielle), Hillary Clinton. À ce point-ci de la campagne, son programme est plus étoffé et plus long que celui de Trump, mais il contient aussi beaucoup de propositions vagues et imprécises (bien peu de chiffres).

Lire la suite »

Les Trumponomics…

Trump1

Le candidat à l’investiture républicaine Donald Trump dispose présentement d’une avance confortable sur ses rivaux, mais occupe aussi une place de choix dans l’espace médiatique. Cependant, si les médias s’efforcent de rapporter ses déclarations les plus incendiaires et maladroites, ils négligent souvent d’analyser l’impact économique de ses propositions. C’est ce que je propose de faire ici.

 

À ce jour, le programme de Trump est incomplet, mais son site web présente tout de même 6 propositions tangibles. Je ne m’attarderai pas à celle sur le deuxième amendement (droit de port d’arme à feu) ni à sa réforme de l’administration des vétérans de guerre. Voici les grandes lignes des quatre autres propositions.

Lire la suite »

Pinker1

 

“The Better Angels of Our Nature: Why Violence Has Declined”, Steven Pinker, 2011, 832 pages.

 

Il est plus ou moins bien connu que la criminalité et la violence sont en baisse depuis quelques décennies. Aux États-Unis, en 2013, le taux de criminalité violente a diminué de 1% par rapport à l’année précédente, de 9.6% par rapport à 5 ans auparavant et de 22.1% par rapport à 10 ans auparavant. De plus, il n’y a pas eu de guerre majeure depuis 1945, phénomène que l’on surnomme la « Longue Paix ».

 

Le scientifique Montréalais et professeur à Harvard, Steven Pinker, s’est intéressé à la question du déclin de la violence pas seulement depuis 10 ou 50 ans, mais bien depuis les début de l’humanité, et pas seulement des meurtres, mais aussi des guerres, des pogroms, des génocides, des sacrifices humains, de la torture, des exécutions, de la flagellation, de l’esclavage, des sports violents, des duels, de la violence conjugale, contre les enfants, les homosexuels et les animaux. Ce déclin a été universel et presque constant au cours des derniers siècles et millénaires. C’est ce phénomène extraordinaire que Pinker documente admirablement dans son chef-d’œuvre, le best-seller « The Better Angels of our Nature ». (voir son Ted Talk ici)

 

Il serait impossible de résumer un livre si substantiel et étoffé en un court billet, je m’abstiendrai donc de le faire. Il y a cependant quelques points soulevés dans le livre que j’aimerais aborder en particulier.

Lire la suite »

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 167 autres abonnés