Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘privatisation’ Category

Dans son livre « The Entrepreneurial State », dont j’ai déjà parlé ici, Mariana Mazzucato affirme qu’Apple n’aurait pas pu exister sans l’aide gouvernementale.

Apple est souvent considérée comme un « poster child » du capitalisme, démarée à partir de rien dans un garage et se réinventant grâce à des designs uniques et ses innovations de manière à révolutionner le monde de l’électronique.

Est-ce qu’Apple aurait pu avoir autant de succès sans aide de l’État?

(suite…)

Read Full Post »

Dans un livre dont je vous parlerai davantage dans un billet futur (The Entrepreneurial State de Mariana Mazzucato), l’auteure affirme que les entreprises pharmaceutiques investissent de moins en moins en recherche et développement (R&D) et profitent de plus en plus de recherches financées par l’État.

L’auteur pense que comme l’État ne touche pas de recettes reliées directement aux fruits de ces recherches, les pharmaceutiques agissent tels des « passagers clandestins » (ou free riders), qui s’enrichissent sur le dos des contribuables. Cette idée est souvent reprise par d’autres intervenants et par les journalistes qui recueillent leurs propos.

(suite…)

Read Full Post »


Le Chili a trois sortes d’écoles: 1) entièrement privées, 2) privée financées par des vouchers et 3) publiques. Les écoles privée de type « vouchers » obtiennent dorénavant la moitié des étudiants, alors que les écoles publiques sont passées de 80% en 1981 à moins de 40% en 2018.

Les écoles de type « vouchers » du Chili sont souvent sans but lucratif et apprécient leur autonomie comparativement aux écoles publiques. Ces écoles ont davantage de flexibilité quant au contenu, ayant la possibilité d’innover sans être contraints par la bureaucratie ainsi qu’une plus grande facilité à renvoyer les enseignants inadéquats.

Les scores PISA du Chili étaient dans la moyennes des pays d’Amérique du Sud en 2000, mais se sont grandement améliorés et sont maintenant nettement supérieurs à ceux du Mexique, du Brésil, de la Colombie et de l’Uruguay.

(suite…)

Read Full Post »



Au Canada, il existe plusieurs caisses de retraite publiques, telles que la Caisse de Dépôts et Placements du Québec (CDPQ). Cependant, l’institution québécoise est différente des autres car son mandat ne consiste pas qu’à générer le meilleur rendement possible compte du risque pour les contribuables; elle doit en plus utiliser les actifs du fonds pour investir de manière à stimuler le développement économique du Québec.

(suite…)

Read Full Post »


Le financement de l’éducation supérieure est un sujet qui divise. Est-ce que le gouvernement devrait payer 100% des frais de scolarité de manière à favoriser la mobilité sociale en permettant aux jeunes de familles défavorisées d’avoir de meilleures chances d’atteindre la diplomation? Ou est-ce que le financement devrait être 100% privé puisque les diplômés obtiennent des salaires très supérieurs au reste de la population et que ce sont surtout les enfants des mieux nantis qui atteignent l’éducation supérieure, le financement gouvernemental constitue donc un transfert des pauvres vers les riches?

(suite…)

Read Full Post »

 

Dans les années 1950-60, le transport aérien était un luxe car voyager en avion était très dispendieux. Il y avait beaucoup d’espace pour les jambes et des repas complets servis à toutes les classes, mais aussi beaucoup de sièges vides en raison du prix élevé.

Aux États-Unis, le transport aérien était très règlementé à l’époque. Le Civil Aeronautics Board (CAB) ne permettait qu’à une ou deux compagnies de desservir une route donnée pour limiter la concurrence. Les tarifs étaient aussi fixés par le CAB, qui en est même venu à imposer un moratoire sur l’ajout de nouvelles routes.

L’objectif était de permettre à l’industrie d’être assez rentable pour demeurer en opération sur les routes cruciales et avoir assez d’argent pour entretenir la flotte et assurer la sécurité des passagers.

(suite…)

Read Full Post »

blue_container_153192929_std

Notez que cet article fut initialement publié en octobre 2013.

Pour beaucoup de gens, l’un des rôles du gouvernement est de déterminer et imposer les standards techniques, sans quoi des technologies incompatibles sèmeraient le chaos, ce qui freinerait le développement économique. Imaginez par exemple un train ne pouvant plus poursuivre sa route parce que les rails de la section suivante sont plus larges. Faut-il que le gouvernement intervienne pour que chaque opérateur utilise des rails de la même largeur?

Le but de la standardisation est d’assurer la compatibilité, l’interopérabilité, la sécurité et la qualité des technologies. Elle consiste en une solution aux problèmes de coordination entre différents agents, qui en bénéficient mutuellement en prenant des décisions concertées. En ce sens, les entrepreneurs ont un incitatif économique à coordonner leurs spécifications techniques sur un standard commun.

(suite…)

Read Full Post »

Older Posts »