Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for février 2014

China_economy

Pour l’économiste Michael Pettis, l’économie de la Chine affiche présentement un débalancement économique significatif et insoutenable.

 

Le débalancement fondamental de l’économie chinoise est la faible part de la consommation dans le PIB. Ce débalancement résulte de politiques visant à maintenir les taux d’intérêt artificiellement bas, surtout sur les dépôts, ce qui résulte en une subvention aux grandes entreprises emprunteuses aux frais des ménages. Face à des revenus d’épargne moins élevés, les ménages doivent épargner davantage, ce qui finance les emprunts des entreprises qui investissent. Finalement, les ménages font face à des prix d’importations élevés en raison de la devise sous-évaluée, ce qui agit comme une subvention aux entreprises exportatrices. Le résultat net est que l’investissement est surreprésenté dans le PIB, tout comme le surplus de la balance commerciale, et ce aux dépends de la consommation des ménages.

  (suite…)

Publicités

Read Full Post »

Pauline_Petrolia

J’ai récemment reçu un courriel d’un dénommé Serge Charbonneau, rédacteur sur le blogue les7duQuébec.com. Le courriel comprenait sa réaction à l’annonce récente de Pauline Marois concernant l’exploitation du pétrole de l’Île d’Anticosti, ainsi qu’un billet qu’il avait rédigé en février 2011 au sujet de l’entreprise Pétrolia, qui détient les droits d’exploration. Le texte est évidemment d’allégeance socialiste et envoie le lecteur dans une mauvaise direction à plusieurs égards. J’ai donc décidé de rectifier le tir et de lui répondre directement.

 

J’ai recopié son courriel intégralement au bas de ce billet, mais je vous propose de le décortiquer et de lui répondre dans les prochaines lignes. Les phrases en gras/italique sont des extrait de son courriel, lesquels sont suivis de ma réponse à chacun d’eux.

  (suite…)

Read Full Post »

Political_nature

“Our Political Nature: The Evolutionary Origins of What Divides Us”, par Avi Tuschman.

 

Pour cet essai, nous allons définir le « conservatisme » comme étant la droite et le « progressisme » comme étant la gauche, sans égard au niveau d’autoritarisme étatique (nous y reviendrons). Les conservateurs pensent que la pauvreté résulte en quelque sorte d’un manque d’effort et d’initiative de la part des pauvres, alors que les progressistes l’attribuent à la présence d’injustices sociales. Les conservateurs perçoivent la nature humaine comme étant plus compétitive, alors que les progressistes la voient comme étant plus coopérative. Les conservateurs perçoivent le monde comme étant plus dangereux et en dégradation, mais juste, alors que les progressistes pensent que le monde est injuste. Les conservateurs valorisent la responsabilité individuelle, les progressistes la solidarité collective.

 

Selon l’anthropologue Avi Tuschman, les trois principaux facteurs différentiateurs entre la gauche et la droite sont :

 

1)            La tolérance des inégalités.

2)            Le tribalisme (ethnocentrisme).

3)            La perception de la nature humaine (compétitive vs coopérative).

 

Dans cette perspective, les libertariens sont quelque part au centre, étant très à droite sur le point 1), très à gauche quant au point 2), et partagés au niveau du point 3).

  (suite…)

Read Full Post »

productivity

L’école des Hautes Études Commerciales (HEC) a récemment publié son rapport sur la productivité au Québec. Le premier constat qui en émane est que le Québec dispose d’un niveau de vie inférieur à la moyenne des pays développés (graphique 1) et des autres provinces canadiennes (graphique 2). Pour ce faire, ils utilisent le PIB par habitant comme mesure de niveau de vie, ce qui est évidemment contestable car cette mesure est loin d’être parfaite, mais elle demeure néanmoins la plus fiable dont nous disposons présentement.

 HEC_PIB_capita HEC_PIB_capita_provinces

 

 

 

Les auteurs de l’étude mette cette lacune sur le dos d’une productivité plus faible. Contrairement à ce que Lucien Bouchard affirmait il y a quelques années, cette productivité plus faible ne découle pas vraiment d’une ardeur au travail moindre de la part des Québécois, lui qui mentionnait bêtement que les Québécois « ne travaillent pas assez » (ici). En fait, ce constat est bon en comparaison aux autres provinces, mais pas en comparaison aux autres pays développés.

  (suite…)

Read Full Post »