Feeds:
Articles
Commentaires



L’investissement responsable devient de plus en plus populaire un peu partout dans le monde et de plus en plus de fonds de retraite adoptent des principes d’investissement responsable et exigent que les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance soient pris en compte dans leurs investissements (voir mon billet passé sur ce sujet pour plus de détails).

Dans cette foulée, certains fonds de pension ont décidé de ne pas investir dans les entreprises exploitant les sables bitumineux canadiens (voir ceci). Au Québec, la fondation de l’Université Laval s’est par exemple désinvestie des énergies fossiles en général et le Mouvement Desjardins a subi des pressions pour se désinvestir des oléoducs qui transportent le pétrole Albertain. Cela a contribué à ce que des entreprises multinationales telles que Shell et Conoco se départissent de leurs opérations dans les sables bitumineux pour éviter que de grandes institutions financières ne boudent leurs actions.

Est-ce une bonne chose?

Lire la suite »



Au Canada, il existe plusieurs caisses de retraite publiques, telles que la Caisse de Dépôts et Placements du Québec (CDPQ). Cependant, l’institution québécoise est différente des autres car son mandat ne consiste pas qu’à générer le meilleur rendement possible compte du risque pour les contribuables; elle doit en plus utiliser les actifs du fonds pour investir de manière à stimuler le développement économique du Québec.

Lire la suite »

Dans un débat entre capitaliste et socialiste, on en arrive inévitablement à l’argument pointant dans la direction de l’URSS, de la Chine, de l’Allemagne de l’Est, de la Corée du Nord, de l’Éthyopie, de la Yougoslavie, de Cuba, du Vénézuela, du Cambodge et des nombreux autres pays qui ont expérimenté avec le socialisme et où les choses ont mal tourné et où un état corrompu, autoritaire, totalitaire, voire dictatorial, s’est installé.

La réponse du socialiste sera très probablement que ces pays n’étaient pas « vraiment » socialistes, donc ça ne compte pas. Le débat va ensuite typiquement sombre dans un inutile dialogue de sourds, accompagné d’une bataille de faits historiques parfois difficiles à vérifier et de statistiques plus ou moins fiables concernant des choses qui se sont produites parfois il y a longtemps.

Il existe toute une panoplie d’excellents arguments économiques et moraux démolissant le socialisme, mais il y en a un de plus que l’on oublie souvent.

Lire la suite »

Au cours des dernières années, j’ai écrit plusieurs articles sur l’alimentation, dont un (ici) qui critiquait farouchement le Guide Alimentaire Canadien, étant non seulement inutile, mais en plus dangeureux pour la santé humaine et non-basé sur les dernières connaissances scientifiques.

Le gouvernement fédéral canadien a récemment décidé de revoir ce guide et la nouvelle mouture a été révélée en ce début de 2019. À prime abord, on peut dire qu’il s’agit d’une amélioration, mais il faut dire que la barre était très basse! Ceci dit, est-ce que ce guide offre des recommandations adéquates?

Lire la suite »



Leurs requêtes se sont diversifiées et demeurent incohérentes, mais il n’en demeure pas moins que c’est l’augmentation de la taxe carbone, laquelle fait grimper entre autres les prix de l’essence, qui a déclenché la révolte des Gilets Jaunes.

Presque personne n’est contre la vertu et l’amélioration du bilan environnemental de la société, mais il faut réaliser qu’à un certain moment quelqu’un doit payer. La lutte aux changements climatiques a un coût et ce coût ne se mesure pas qu’en termes de PIB; il se mesure aussi en qualité de vie.

Et dans une société comme la France, qui est déjà l’une des plus taxées au monde (en pourcentage du PIB) et la plus redistributive au monde (voir graphique ci-bas), ce ne seront pas que les riches qui vont en souffrir, les moins nantis aussi paient ces taxes en plus de subir des tarifs d’électricité plus élevés qu’ils ne devraient l’être.

Lire la suite »


Dans un article publié il y a quelques années, j’expliquais que le capitalisme n’implique pas la croissance à tout prix du PIB et que l’enrichissement des populations n’implique pas nécessaire une hausse de la consommation. L’enrichissement peut aussi se manifester par une diminution des heures travaillées au profit des heures consacrées aux loisirs.

Lire la suite »

« The Elusive Quest for Growth », William Easterly, 2001, 291 pages.

Même s’il était employé de la Banque Mondiale lorsqu’il a publié ce livre, cet économiste de Harvard ne se gêne pas pour fustiger les politiques de ce genre d’institution et déplorer leurs erreurs passées. Easterly a d’ailleurs fortement critiqué les Jeffrey Sachs de ce monde (surtout dans d’autres livres intitulés « The Idealist » et « The Tyranny of Experts ».

Lire la suite »