Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘soins de santé’

Dans le cadre des élections fédérales canadiennes qui auront lieu bientôt, j’analyse les programmes des quatre principaux partis politiques. La partie 1 traitait du PLC. La partie 2 traitait du NPD. La partie 3 traitait du Bloc. La partie 4 traite du PCC.

Le programme du Parti Conservateur comporte 77 pages et commence par relater que le Canada a traversé la pire récession depuis la Grande Dépression. Pendant celle-ci, l’économie canadienne a fait beaucoup mieux celle de plusieurs autres pays, incluant les États-Unis, et depuis, le Canada a repris plus d’emploi qu’il n’en a perdu durant la récession. Cependant, ce que M. Harper néglige de mentionner est que la plupart de ces emplois ont été créés dans l’industrie de la construction. En injectant $75 milliard dans la SCHL durant la crise, une subvention directe aux banques en passant, en conjonction avec une politique monétaire expansionniste (bas taux d’intérêt), il a engendré un boum immobilier qui pourrait bien ne pas être soutenable à moyen et long terme. En somme, le programme du PCC est relativement intéressant car il propose de réduire le fardeau fiscal des canadiens, de réduire les dépenses de l’État, tout en ne s’ingérant pas davantage dans les compétences des provinces.

(suite…)

Read Full Post »

Dans le cadre des élections fédérales canadiennes qui auront lieu bientôt, j’analyse les programmes des quatre principaux partis politiques. La partie 1 traitait du PLC. La partie 2 traite du NPD.

Il faut donner crédit au NPD pour avoir réussi à mettre en 32 pages (plus 4 pages pour le cadre budgétaire) ce que le PLC a  mis a 106 pages! En effet, le programme du NPD est presque identique à celui du PLC, mais avec moins de détails. Il est difficile pour moi de trouver des points sur lesquels ces deux partis ne s’entendraient pas. Ils auraient intérêt à fusionner pour consolider leur électorat! Il propose, comme le PLC, de grandement augmenter l’ingérence du fédéral dans les compétences provinciales, voire même municipales… Ceci étant dit, le programme du NPD est mal ficelé et contient peu d’idées intéressantes. Il est de plus financièrement irréalisable. En fait, si vous supportez les idées de M. Layton, je vous conseille fortement de voter pour le Parti Libéral, qui fait essentiellement les mêmes promesses, mais dans un cadre beaucoup mieux élaboré et qui vous offre en plus une meilleure chance d’accéder au pouvoir. Certes, s’il y a une chose que j’accorde à M. Layton, c’est qu’il est de loin le plus sympatique des quatre!

(suite…)

Read Full Post »

Dans le cadre des élections fédérales canadiennes qui auront lieu bientôt, j’analyse les programmes des quatre principaux partis politiques.

Dans un document trop long de 106 pages, le PLC se présente comme étant le « parti progressiste »; comme si les autres partis étaient contre le progrès! Il tente de se présenter comme un parti vertueux, mais il est plutôt aisé d’être généreux avec l’argent des autres. Le document est rempli de phrases qui ne veulent rien dire et, surtout, de bonbons visant à séduire les diverses clientèles électorales, souvent en s’ingérant dans les compétences provinciales. Le PLC marquera des points chez les personnes âgées, les étudiants, les autochtones, les environnementalistes, les policiers/pompiers, les artistes et possiblement chez certaines PMEs. Son programme propose une plus grande socialisation de l’économie et ne plaira certainement pas aux libertariens puisqu’il fera régresser la liberté économique. Comme vous le constaterez dans les prochains paragraphes, je n’y vois pas grand chose d’intéressant.

(suite…)

Read Full Post »

Lu sur un blogue gauchiste (Louis Préfontaine):

"Le lien doit être répété: l’impôt permet la redistribution de la richesse; les pays qui imposent moins leur population sont également ceux où il y davantage de pauvreté."

Ha bon! Allons voir les données:

Comme vous pouvez le constater, si on divise le groupe en deux en utilisant l’indice de taxation de l’Institut Frazer, le PIB par habitant est essentiellement le même, tout comme le Gini. Même chose en ce qui a trait aux mesures de pauvreté et d’espérance de vie. Cette affirmation gratuite basée sur un échantillon de…quatre pays (!) est donc fausse.

Louis Préfontaine citait aussi dans son billet une étude du British Medical Journal démontrant une corrélation inverse entre le coefficient Gini et la santé, acclamée par Jean-François Lisée.

Contrairement à la plupart des blogueurs gauchistes, je me suis donné la peine d’aller consulter l’étude en question. Voici ce que les auteurs indiquent dans leur conclusion:

"The results suggest a modest adverse effect of income inequality on health, although the population impact might be larger if the association is truly causal. The results also support the threshold effect hypothesis, which posits the existence of a threshold of income inequality beyond which adverse impacts on health begin to emerge. The findings need to be interpreted with caution given the heterogeneity between studies, as well as the attenuation of the risk estimates in analyses that attempted to control for the unmeasured characteristics of areas with high levels of income inequality."

Si vous étiez excité par cette étude, ces conclusions devraient calmer vos ardeurs!

Encore une fois, il ne faut pas confondre corrélation et causalité. Le Gini plus élevé n’est pas nécessairement la cause des différences de santé. Par exemple, on peut constater dans le graphique présenté par M. Lisée que les trois pires pays de l’étude sont aussi les trois plus pauvres (Mexique, Turquie et Pologne). Or, il fort probable que la pauvreté ait un impact plus grand sur la santé que l’inégalité des revenus. Vaut mieux gagner $20,000 par année dans un pays où le Gini est de 0.40 plutôt que de gagner $1,000 par année dans un pays où le Gini est de 0.30.

Autre exemple, les pires pays sont aussi parmi les plus corrompus de l’OCDE (selon l’indice de corruption de Transparency International), tels que le Mexique, la Turquie, la Pologne, la Grèce et l’Italy. La corruption détourne des revenus de l’État vers certains individus privilégiés plutôt que dans les services à la population, tels que les soins de santé. Ce détournement génère de l’inégalité, ce qui fait augmenter le Gini.

De plus, comme les auteurs de l’étude indiquent dans leur conclusion, il y a beaucoup de problèmes avec le coefficient de Gini, surtout lorsqu’on compare différentes études hétérogènes. La moindre différence dans le calcul peut fausser les comparaisons du Gini.

Comme je le démontrais dans mon étude publiée il y a quelques mois, le manque de liberté économique est probablement un facteur plus important que le Gini. Est-ce un hasard que les cinq pays que je viens de nommer (Mexique, Turquie, Pologne, Grèce, Italie) sont ceux ayant le niveau de liberté économique le plus bas (selon l’Institut Frazer)?

L’important pour un individu n’est pas sa richesse relative, mais bien sa richesse absolue.  Le Gini de l’Éthiopie est de 0.298, inférieur au Canada tout comme le Bangladesh, le Pakistan, la Hongrie, la Roumanie et l’Égypte. Il serait pourtant préférable pour votre santé de rester au Canada plutôt que d’émigrer dans ces pays!

En revanche, il est clair que la liberté économique est un moteur de création de richesse et contribue donc à enrayer la pauvreté; ce serait une quête nettement plus profitable que l’égalité des revenus.

En somme, cette étude présentée par M. Lisée n’est encore qu’une tempête dans un verre d’eau et ce dernier nous démontre encore son incapacité à interpréter des données correctement et son manque flagrant de sens critique.

Pour ceux qui n’avaient pas déjà lu mon billet sur la taille de l’État et la pauvreté, il est ici.

Read Full Post »

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 118 autres abonnés