Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘laffer’

Le crise de l’Irlande :

Durant les années 1980s, les choses allaient bien mal en Irland. La dette de l’État a atteint 120% du PIB et les taux de taxation étaient aussi très élevés, étouffant la croissance. Puis, un nouveau gouvernement a entrepris la libéralisation de l’économie, réduisant les dépenses du gouvernement, réduisant les impôts des entreprises et ouvrant les frontières au commerce international. Plusieurs entreprises multinationales s’y sont alors établi et une forte croissance économique s’en est suivi, soit de +6.5% en moyenne entre 1990 et 2007.

Selon l’Institut économique de Montréal (ici) :

« Ce pays a vu sa part des dépenses publiques dans le PIB passer de 28 % en 1960 à 52,3 % en 1986. Mais voilà que la situation se renverse au cours des années 1987-96 alors que les dépenses chutent de 52,3 % en 1986 à 37,7 % en 1996, soit une baisse de 14,6 points. Or entre 1960 et 1977, période où les dépenses de l’État montaient de 28 % à 43,7 % du PIB, la croissance réelle du PIB de l’Irlande était de 4,3 %. Ce taux baissait à 3,4 % au cours des années 1977-86, période pendant laquelle la part du gouvernement grimpait à 52,3 % du PIB. Au cours de la récente décennie d’amaigrissement de l’État, le taux de croissance annuelle du PIB réel de l’Irlande passait à 5,4 %. La croissance économique augmentait donc en Irlande à mesure que ses dépenses publiques diminuaient. »

Il est intéressant d’observer l’effet « Laffer » qui s’est matérialisé au cours de cette période. Pendant que le taux d’imposition des entreprises passait de 31% à 12.5% entre 1998 et 2006, les rentrées fiscales sont passées de 2,741 milliards d’Euros à 7,271 milliards d’Euros, soit 165% d’augmentation (voir cet article de Vincent Bénard).

(suite…)

Read Full Post »

Pertes de la SGF: le PLQ blâme le PQ:

La Société générale de financement (SGF) a annoncé une perte de $245 millions en 2009 ce qui est toutefois moins que les $261 millions de l’année dernière. La SGF a perdu environ $1 milliard de dollars sur 10 ans. Notez que l’actionnaire de la SGF est le Gouvernement du Québec.

Selon ARGENT, la perte comprend des dévaluations d’actifs et des frais de fermeture pour une valeur de $208 millions reliées à des entreprises pétrochimiques et forestières. En outre, des pertes d’opération de $19 millions ont été encourues, notamment dans le secteur de l’aluminium en raison d’une conjoncture défavorable en 2009.

Pierre Shedleur, le PDG, n’a pas manqué de souligner le rôle de son organisation durant la crise:

«On a eu une crise, la plus importante depuis 1929. Notre rôle à la SGF a été de faire en sorte que les gens ne manquent pas d’argent et de crédit. Et c’est ce que nous avons fait dans plusieurs dossiers».

Même si la SGF avait permi de sauver / créer quelques milliers d’emplois, ça commence à faire cher…

Selon le ministre Bachand: 

«Les pertes d’argent de la SGF, ce sont des investissements pétrochimiques et forestiers. La plupart de ces investissements ont été faits il y a de nombreuses années sous un président que vous connaissez bien et sous d’autres administrations qui n’étaient pas sous le mandat de notre gouvernement.»

En fait, la SGF gaspille de l’argent pour tenter de sauver des entreprises en détresse et pour tenter de faire naître de nouvelles entreprises. Dans les deux cas, la SGF cherche à tromper le marché, avec un résultat plutôt lamentable. La SGF n’est en fait qu’une autre façon utilisée par le gouvernement pour intervenir dans l’économie et tenter d’inutilement freiner le processus de destruction créatrice si vital au développement économique.

Cuba affamée:

The Economist rapportait la semaine dernière que les supermarchés de Cuba manquent de nourriture. L’agriculture locale, paralysée par l’ingérence de l’État et l’absence de droits de propriété, n’arrive même pas à fournir plus de 20% de la nourriture du pays. En fait, les Cubains manquent de tout. Si ce n’était du pétrole fourni par Chavez, ça ferait longtemps que ce régime illusoire serait tombé.

Clotaire Rapaille: 

Pour moi, Clotaire Rapaille est une autre des nombreuses preuves de l’incompétence des politiciens à gérer quoi que ce soit. Dire que le maire Labeaume a gaspillé des centaines de milliers de dollar en fonds publics dans cette histoire et comme si ce n’était pas assez, il veut aussi attirer les Olympiques à Québec. Il devrait se contenter de bien gérer la ville, plutôt que de tenter d’en faire une corporation multinationale.

Généreux bonis chez Hydro-Québec:

Un billet choquant de Claude Garcia dénonce les généreux bonis de « performance » octroyés chez Hydro-Québec malgré une performance plutôt médiocre. Que peut-on faire pour faire valoir nos droits en tant qu’actionnaires? Rien!

Les pilleurs se déchaînent au Québec:

Le mot qui me vient en tête pour décrire le nouveau budget du gouvernement du Québec: pathétique!

Les médias et blogues ont décrit le budget de long en large, je me contente donc ici de citer Martin Masse, qui résume très bien ma pensée à cet égard:

On peut bien soutenir, en s’appuyant sur une logique économique saine, que les étudiants devraient contribuer davantage aux coûts de leur formation, que les consommateurs d’électricité devraient payer le prix du marché et non un prix subventionné, que la mise en place d’une franchise pour les soins de santé injectera un dose de réalisme sur le plan de la demande de services, etc. On applique en quelque sorte une logique partielle de marché sur le plan de la demande. Mais à moins d’être compensées par des baisses correspondantes de l’impôt sur le revenu, toutes ces hausses de tarifs et de taxes impliquent simplement une augmentation du fardeau fiscal, et cela pour financer des «services publics» qui restent sous le contrôle des bureaucrates et dont la gestion, elle, n’a aucunement recours à des mécanismes de marché.

On retrouve bien ici et là dans le budget quelques mesures largement symboliques pour limiter ou réduire les dépenses de l’État dans certains domaines, mais strictement rien qui remet en question sa taille gargantuesque. (…) Le Québec entre donc finalement dans sa phase lucide, tout de même préférable à la phase lunatique et à la politique de l’autruche qui dominent depuis des décennies. Mais on n’a rien réglé; on a simplement repoussé peut-être le moment où nous frapperons le mur. Le véritable débat, sur une réduction réelle de la taille de l’État, reste à faire.

Les pilleurs se déchaînent aux USAs:

Pour financer sa réforme du système de santé, l’administration Obama prévoit extorquer $1.2 milliards en 10 ans des contribuables les plus riches. En effet, il prévoit des taxes supplémentaires de 3.8% sur les revenus d’intérêt, de loyers, de dividendes et de gains en capitaux pour les couples gagnant plus de $250,000 et pour les individus gagnant plus de $200,000. Il prévoit augmenter les taux d’imposition des plus riches de 33-35% à 36.0%-39.6%. Il augmentera les taxes sur les dividendes et gains en capitaux de 15% à 20% et coupera $500 milliards en crédits d’impôts.

Comme le mentionne Alan Reynolds du Wall-Street Journal:

« Successful people are not docile sheep just waiting to be shorn. »

M. Reynolds explique que ces gens trouveront diverses façons de contourner ces mesures ce qui aura comme impact de grandement réduire les reçus d’impôts anticipés par Obama. Les économistes nomment ce phénomène « élasticité du revenu imposable ». Il cite une étude publiée par le NBER estimant une perte de 43% des revenus de taxation attribuables aux changements comportementaux suivant une hausse du niveau de taxation. Cependant, si on prend les individus les plus riches, l’élasticité est beaucoup plus forte. On parle alors de presque 100%. Ainsi, il est fort probable que les hausses d’impôts visant à financer la réforme de la santé ne réussiront  pas à augmenter les revenus du gouvernement. Vous reconnaîtrez ici le fameux phénomène illustré par la courbe de Laffer

Read Full Post »

Dans ce dossier, inspiré du livre “Where Keynes went wrong” de Hunter Lewis, je traite des principales idées de Keynes. La première partie traitait des taux d’intérêt, la seconde partie traite de l’épargne.

Je commence par citer Keynes directement: « Consumption is the sole object of all economic activity ».

Tiens-tiens, ne blâme-t-on pas régulièrement le capitalisme comme étant à l’origine de notre « société de consommation »? C’est plutôt des décénies de politiques gouvernementales keynesiennes qui nous ont amenées dans cet état. Voici comment.

 Keynes méprisait l’épargne. Il était plus spécifiquement contre l’épargne stagnante (idle savings), c’est-à-dire l’épargne qui n’est pas investie, puisque celle-ci réduit l’activité économique et crée du chômage. Keynes a même été jusqu’à déclarer que les guerres et les catastrophes naturelles ont, au cours de l’histoire, créé de la richesse en réduisant l’épargne stagnante. Il est cependant préférable de réduire l’épargne stagnante en consommant plus ou en travaillant moins. Selon Keynes, plus nous devenons riches, plus nous épargnons, c’est-à-dire que notre propension marginale à consommer diminue, ce qui est un problème majeur. On peut régler partiellement ce problème en taxant plus sévèrement les riches, leur soutirant ainsi cette vilaine épargne et la donnant aux moins fortunés qui eux vont dépenser et faire « rouler l’économie ».

Finalement, Keynes a introduit le paradoxe de l’économie (paradox of thrift), qui stipule qu’en temps de récession, les gens se mettent à épargner au cas où ils perdraient leur emploi. Cette réduction de la consommation engendre une baisse de la production, qui engendre du chômage, ce qui réduit encore plus la consommation, et ainsi de suite… Il faut donc que le gouvernement dépense à la place des gens pour stimuler l’économie et stopper ce cercle vicieux.

Réfutation:

Premièrement, qu’est-ce que de l’épargne stagnante? C’est l’argent que vous mettez dans votre coffre-fort ou sous votre matelas. Parions que vous n’en avez pas tellement! En effet, même l’argent qui gît dans votre compte-chèque est réinjectée dans l’économie par les banques sous forme de prêts. Ce concept est donc une illusion. L’épargne est très rarement stagnante, elle est constamment redirigée dans l’économie.

Deuxièmement, je ne pense pas avoir vraiment besoin d’ajouter quoi que ce soit au sujet des guerres et des catastrophes. Si vous ne comprenez pas, vous n’avez qu’à lire le sophisme de la vitre brisée de Bastiat. Le gros bon sens vous reviendra rapidement.

Troisièmement, veut-on vraiment travailler moins pour réduire cette fameuse épargne stagnante? Si on travaille moins, on produit moins et donc on est moins riche. On ne s’enrichit pas en travaillant moins, c’est le gros bon sens.

Quatrièmement, est-ce vraiment un problème que les gens deviennent riches et qu’ils épargnent? L’épargne nourrit l’investissement, qui permet d’augmenter la production et l’emploi. Cette affirmation basée sur la propension marginale à consommer n’est qu’un autre sophisme de Keynes provenant de ce concept erroné d’épargne stagnante. Ce n’est qu’une manière fallacieuse de justifier des impôts élevés pour les riches. Comme le montre la courbe de Laffer, cette façon de faire ne fera que réduire l’activité économique. Les riches ne sont pas riches pour rien; ils ont une habileté à créer de la richesse pour la société. En les imposants outrageusement, nous les décourageons à faire ce qu’ils font le mieux.

Finalement, le fameux paradoxe de l’économie est une théorie totallement déconnectée de la réalité. Si le gouvernement taxe les riches et se met à dépenser l’argent pour stimuler l’économie, les entreprises ne vont pas se mettre à embaucher et à investir pour autant puisqu’elles opèrent significativement sous leur capacité de production (comme c’est le cas présentement). Comme vous pouvez le voir ici, elles ne vont qu’utiliser du temps supplémentaire et de la main d’oeuvre temporaire (si nécessaire) pour satisfaire la demande gouvernementale, puis on retourne à la case départ. Elles n’investissent pas et n’embauchent pas, puisqu’elles ont amplement de capacité de production excédentaire pour satisfaire cette demande et savent pertinemment que ce n’est que temporaire. Ainsi, le taux de chômage n’est pratiquement pas affecté par ces monstrueux déficits gouvernementaux.

unemployment1

Read Full Post »

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 121 autres abonnés