Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘éthanol’

L’une des critiques les plus fréquentes du capitalisme est qu’il occasionne la destruction de l’environnement. Ces critiques émanent souvent du mythe selon lequel la qualité de notre environnement est en constante dégradation. Si vraiment la pollution était devenue un si grave problème, nous observerions que l’état de santé des populations des pays industriels ne cesse de se dégrader. Or, c’est plutôt le contraire qui se produit : l’espérance de vie moyenne a fortement progressé depuis le début du siècle et a continué de s’allonger au cours des deux dernières décennies. Cela va de pair avec le fait que la qualité de l’air et de l’eau s’est nettement améliorée au cours de ces deux décennies.

Si on utilise l’indice de liberté économique de l’Institut Frazer comme mesure du niveau de capitalisme d’un pays et qu’on le compare à l’indice de performance environnementale développé par les universités de Yale et Columbia, on constate que plus un pays est capitaliste (i.e. libre économiquement), plus sa performance environnementale est élevée.

(suite…)

Read Full Post »

C’est dans une usine de véhicules récréatifs récemment fermée en raison de la récession que le président a fait un discours hier, annonçant que le gouvernement allait verser $2.4 milliards en subventions pour stimuler la recherche et la production de véhicules hybrides. M. Obama a dit qu’il ne veut pas importer de véhicules hybrides, il veut qu’ils soient fabriqués ici en Amérique.

 Le gouvernement n’a pas appris sa leçon suite au désastre subventionné qu’a été l’éthanol? Il refait encore la même erreur en imposant au marché une solution technologique, qui pourrait bien ne pas être la bonne. Et il le fait avec l’argent des contribuables en plus; utilisant le réchauffement climatique pour aider à se justifier.

Même si les américains se mettent à produire des hybrides, ils ne pourront jamais rivaliser avec les coûts de production des Asiatiques. Ils auront perpétuellement besoin de subventions, crédits d’impôts et, qui sait, tarifs douaniers, pour être compétitifs. Si le Big 3 ne produit pas de véhicules hybrides présentement, c’est parce que ce n’est pas rentable. GM avait vendu plusieurs EV1 il y a quelques années. La demande était ahurissante, mais GM n’a pas poursuivi le projet parce que même si la voiture se vendait à un prix exhorbitant, GM ne faisait pas de profit en vendant ces véhicules. GM a même détruit tous les prototypes, même si plusieurs acheteurs étaient prêts à payer le gros prix pour les acquérir!

Les gens ont souvent reproché au Big 3 de ne pas produire les bons véhicules moins énergivore et que  c’est ce qui a mené la compagnie en faillite. C’est totalement faux. La voiture compacte la plus vendue en Europe ces dernières années est la Opel Aastra, produite par GM. Pourquoi est-ce que GM ne l’a pas importée en Amérique (sauf en 2008 sous la marque Saturn)? Parce qu’il n’y avait pas de demande pour ce type de véhicule aux États-Unis! Les gens voulaient des VUS et donc le Big3 a produit des VUS pour répondre à la demande. Ce qui a tué le Big3 sont des avantages sociaux exhorbitants arrachés par des syndicats voraces, jumelée à une baisse de la demande véhicules dans leur marché principal: les États-Unis.

 Le gouvernement doit laisser le marché suivre son cours et laisser la population décider du moyen le plus efficace pour se déplacer. Si cette solution s’avère être la voiture hybride, la quête du profit se chargera de satisfaire les besoins de la population.  Et si seuls les Chinois, les Coréens et les Taiwannais peuvent produire des hybrides à un coût raisonnable, nous aurons qu’à les importer de là et utiliser nos ressources à autre escient. Si M. Obama tient à préserver l’avantage technologique des États-Unis, il n’a qu’à améliorer l’accès à l’éducation et la qualité de celui-ci.

 http://www.wthr.com/Global/story.asp?S=10849863&nav=9Tai

Read Full Post »

Les personnes s’opposant au minarchisme/libertarianisme/capitalisme confondent souvent l’interventionnisme étatique avec le maintient d’un cadre légal.  Or, le minarchiste vise à ce que l’État ne prenne pas les décisions économiques des citoyens à leur place. Il souhaite cependant que l’État établisse et fasse respecter un cadre légal et règlementaire qui défende les libertés individuelles, protège la propriété privée et favorise l’épanouissement de la société. Les gouvernements font en général trop d’interventionisme dans l’économie et ne défende pas assez leurs citoyens.

Prenons par exemple les subventions. Celles-ci consistent à ce que l’État fasse des choix à la place des citoyens et dépense l’argent des contribuable selon les préférences des politiciens. Ainsi, lorsque le gouvernement sauve une industrie en détresse ou finance un projet artistique à même l’argent des contribuables, il décide à notre place de comment nous devons dépenser notre argent selon ses préférences.

Dans un autre ordre d’idées, l’État ne fait pas assez pour faire respecter les libertés des citoyens et protéger la propriété privée. Par exemple, lorsque Vincent Lacroix vole des millions à ses clients et ne s’en tire qu’avec quelques travaux communautaires, ou que des multi-récidivistes de l’alcool au volant se promènent dans nos rues sans permis et sans soucis, ou que l’intimidation des syndicats face à leurs membres dissidents est tolérée, ou lorsqu’un batteur de femme évite la prison parce qu’il plaide coupable, ou lorsque les coûts des projets de construction routiers explosent en raison de la sur-facturation des entrepreneurs maffieux, l’État manque à son devoir de protéger le citoyen, sa liberté et sa propriété.

Ce que nous souhaitons est simple: que les politicens arrêtent de faire des choix à notre place et de dépenser notre argent dans leur intérêt, et se contente de créer et de faire appliquer un cadre légal simple qui protège les citoyens efficacement.

L’exemple que j’aime bien à cet égard est celui de l’éthanol. Il y a à peine quelques années, le gouvernement américain de Bush a "décidé" qu’il s’agissait d’une source d’énergie viable pour l’avenir des transports. À grand coups de subventions, ils ont stimulé la production d’éthanol à partir de maïs (tout en bloquant les importations d’éthanol produit à partir de canne à sucre du Brésil,  beaucoup moins polluant). Résultat? Maintenant nous savons bien que, lorsqu’on prend en compte sa production, l’éthanol n’est pas moins dommageable pour l’environnement que le pétrole. Des milliards de dollars ont été gaspillés en subventions et la production de ce carburant a accéléré une grave crise alimentaire. Les gouvernements étaient bien trop content de marquer des "points politiques" auprès d’un groupe d’intérêts très influent: les agriculteurs; et de clamer auprès des électeurs qu’ils se préoccupaient de l’environnement. Tout ce qu’ils avaient à faire était d’instaurer une règlementation qui aurait attribué un coût aux émissions de gas à effet de serre. Le marché se serait charger de trouver les solutions optimales à cette problématique. Mais cela n’était pas optimal pour l’intérêt des politiciens…

Dans un prochain billet, j’élaborerai sur ces concepts de "points politiques" et groupes d’intérêts.

Read Full Post »

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 118 autres abonnés