Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Banque du Canada’

Le marché immobilier Canadien est présentement surévalué. Cette situation s’est développée de concert avec une augmentation marquée de l’endettement des Canadiens et une expansion démesurée du crédit hypothécaire.

La résolution de cette problématique résultera tôt ou tard en une sévère correction des prix des propriétés, qui sera probablement suivie d’une récession. On notera d’ailleurs qu’il n’y aura jamais eu autant de canadiens oeuvrant dans l’industrie de la construction et les secteurs qui y sont reliés. De plus, les gens ont utilisé la plus-value de leur maison pour souscrire à des lignes de crédit hypothécaire leur permettant de doper leur consommation à crédit et utilisant de fait leur maison comme une carte de crédit. Autrement dit, notre économie n’a jamais été aussi dépendante de l’immobilier.

Lorsque la récession sévira finalement, je pressent déjà les commentaires qui paraîtront dans les médias, blâmant le manque de règlementation et d’intervention de l’État pour limiter les « instincts animaliers » des emprunteurs canadiens.

(suite…)

Read Full Post »

Cet article fait suite à la partie 1 publiée la semaine dernière.

Comment et pourquoi est apparue la monnaie ? 

C’est l’essor du commerce et de la spécialisation du travail qui ont nécessité l’apparition de la monnaie pour faciliter les échanges. La monnaie élimine notamment la nécessité de la double-coïncidence des désirs et permet la divisibilité des biens. Ainsi, si vous êtes cordonnier et que vous voulez acheter du boeuf, il n’est plus nécessaire de trouver un boucher mal chaussé ! La monnaie permet les échanges indirects, c’est-à-dire que plutôt que d’échanger un bien contre un autre que l’on désire, on échange son bien contre un bien intermédiaire que tout le monde accepte (la monnaie), qui pourra ensuite être échangé contre le bien désiré. La monnaie permet aussi de mieux comparer et comptabiliser la valeur des biens entre eux et, par conséquent, de mieux allouer les ressources dans la production de ces biens.

Les caractéristiques d’une bonne monnaie sont :

  • Largement en demande
  • Difficile à contrefaire
  • Facilement transportable
  • Divisible
  • Durable
  • Sa production ne doit pas croître trop vite

Comme vous pouvez le constater, il est peu surprenant que l’or et l’argent aient naturellement émergé comme monnaies de choix à travers l’histoire. En fait, la plupart des devises modernes ont été jadis reliées à l’or ou l’argent. La monnaie ne représentait en fait qu’un poids de métal précieux. La Livre Sterling de l’Angleterre équivalait jadis à une livre d’argent. Le dollar quant à lui signifiait une once d’argent. Avant 1933, un dollar américain était convertible en un vingtième d’once d’or (0.05 onces). Les taux de change étaient fixe car si la Livre Sterling équivalait à 0.25 once d’or alors que le dollar équivalait à 0.05 once d’or, une Livre Sterling équivalait par conséquent à 5 dollars. Ce n’était pas une question de marché; simplement une question de poids !

À une certaines époque, plutôt que de conserver leur or chez eux, les gens allaient le déposer chez un orfèvre qui le conservait en sécurité dans sa voûte. En échange, l’orfèvre émettait un reçu stipulant la quantité d’or déposée. Au fil du temps, les gens ont commencé à utiliser ces reçus pour transiger, ce qui était beaucoup plus pratique que d’aller retirer l’or chez l’orfèvre pour ensuite le remettre aux commerçants.

Les reçus ont donc graduellement été de plus en plus utilisés comme monnaie, si bien que les gens n’allaient que très rarement chercher leur or chez l’orfèvre. Se rendant compte de cela, les orfèvres ont eu une idée géniale : ils ont commencé à émettre des reçus sans or sous-jacent et à les prêter avec intérêt. Ils sont de fait devenus les premiers banquiers. Un système bancaire dans lequel il y a plus de monnaie en circulation que d’espèces en réserves est appelé système à réserves fractionnaires.

 Ce système, qui pourrait être qualifié de contrefaçon et de fraude, fonctionne jusqu’à ce qu’un événement vienne faire en sorte que beaucoup de gens viennent échanger des reçus contre l’or sous-jacent. Comme il y avait plus de reçus en circulation que d’or dans la voûte, la banque se retrouvait en faillite.

Ce stratagème n’a pas échappé aux bonzes de l’État. La création de monnaie est rapidement devenue un moyen pour l’État de discrètement augmenter sa ponction fiscale. Dans une économie basée sur le troc, le seul moyen pour l’État de se financer est de confisquer des biens (l’impôt), ce qui a toujours été impopulaire. Il est bien plus facile pour l’État de créer lui-même de la monnaie. Pour ce faire, l’État doit tout d’abord bannir tous les autres types de monnaies privées, de façon à avoir le monopole de la monnaie. Il doit ensuite nommer la monnaie de façon à faire oublier qu’il s’agit d’un poids de métal (dollar, mark, franc, couronne, etc) et lui donner « cours légal ». Prenez un billet de vingt dollars canadien et vous y verrez cette inscription, qui signifie que le dollar canadien est légalement autorisé à être utilisé comme monnaie au Canada.

L’État pouvait alors pratiquer son activité la plus lucrative : la dépréciation. Lorsque les pièces de métal précieux étaient utilisées comme monnaie, cette pratique consistait à refondre les pièces d’or ou d’argent en pièces un peu plus légères avant de les redépenser, ce qui permettait au roi, à l’empereur ou à l’État de dépenser plus. Lorsque les billets de banque ont été utilisés, la dépréciation se faisait en décrétant un ratio de conversion plus bas. Par exemple, dans les années 1930, le ratio de conversion du dollar américain en or est passé d’une once pour $20 à une once pour $35. Autrement dit, si l’état avait 500,000 onces d’or dans ses coffres d’une valeur de $10 millions, cet or valait par la suite $17.5 millions, soit 75% de plus ! On pourrait dire qu’à ce moment, l’argent brûlait littéralement dans les poches de l’État !

En 1933, le Président Roosevelt a passé l’Ordre Exécutif 6102, lequel empêchait tous les américains de posséder de l’or et forçait ceux-ci à le vendre à l’État pour $20.67 l’once. Ensuite, le gouvernement américain a décrété que l’or s’échangeait dorénavant à $35 l’once, empochant le profit !

Tel que mentionné précédemment, le système bancaire à réserves fractionnaires tel qu’il était au 19e siècle en Amérique comportait une faille flagrante : comme les banques émettaient plus de billets qu’il n’y avait d’or dans leurs coffres, cela créait souvent des paniques bancaires et faisait en sorte que le système était plutôt instable. Lors de ces crises, les gens faisaient la file aux portes des banques pour retirer leur or, mais comme il n’y avait pas assez d’or, la banque fermait les portes et suspendait la convertibilité des billets.

Les banquiers ont trouvé une solution à ce problème qui allait leur permettre de stabiliser ce système frauduleux : la banque centrale. C’est pour cette raison qu’ont été créées la Federal Reserve (Fed) des États-Unis en 1913 et la Banque du Canada (BoC) en 1934. Les banques centrales disposaient à l’époque d’importantes réserves d’or qui pouvaient être prêtées aux banques en cas de panique. Cela a permis aux banques d’être encore plus agressives dans la gestion de leurs réserves ; c’est-à-dire qu’elles ont pu émettre encore plus de billets sans or sous-jacent, étant protégées par la banque centrale.

Cependant, les banques étaient quand même limitées relativement à la quantité de billets qu’elles pouvaient émettre, au risque de voir les réserves d’or sortir du pays. Supposons que de la monnaie nouvellement créée est utilisée pour acheter des biens importés, le vendeur de ces biens va par la suite convertir les dollars en or à sa banque (dans son pays). Sa banque se tournera ensuite vers la Federal Reserve qui remettra de l’or en échange des dollars. Le résultat net est une diminution du stock d’or du pays. Si trop de dollars avaient été émis, la Federal Reserve se serait retrouvée sans réserves d’or et le système en entier se serait écroulé. C’est exactement ce qui s’est produit dans les années1930.

Le seul moyen de se débarrasser de cette contrainte était de délaisser l’étalon-or ; c’est-à-dire se débarrasser de la convertibilité de la monnaie en or. C’est ce qui s’est graduellement produit avec le Gold-Exchange Standard de 1925, le système Bretton-Woods de 1944 et finalement le Smithsonian Agreement de 1971 qui signifiait l’abandon total de l’étalon-or. Depuis ce temps, le dollar américain ainsi que la plupart des monnaies du monde ne sont que des bouts de papier et les banques centrales peuvent émettre des quantités toujours plus grandes de ces bouts de papier comme bon leur semble.

Le graphique ci-bas présente l’indice des prix à la consommation des États-Unis à partir de 1665. On peut y observer que la création de la Federal Reserve en 1913 et le délaissement graduel de l’étalon-or en 1925, 1944 et 1971 ont permis au système de générer une inflation exponentielle des prix, alors que durant les trois siècles précédents, les prix avaient été relativement stables, sauf durant les guerres.

  

                Le système monétaire contemporain est, de nos jours, fort différent de celui qui prévalait il y a une centaine d’années. Les changements qui y ont été apportés ont permis aux banques de créer de la monnaie à profusion et de convertir cette monnaie en profits. La conséquence de cette augmentation de la quantité de monnaie en circulation a été l’augmentation des prix ; c’est-à-dire la baisse du pouvoir d’achat de la monnaie.

Ne manquez pas la troisième partie de cette série de billets la semaine prochaine…

Read Full Post »

L’inflation

N’est-il pas fascinant que les prix ne cessent d’augmenter, d’année en année? Le phénomène de variation des prix est nommé inflation. Il est généralement mesuré par l’Indice des Prix à la Consommation (IPC) qui est calculé en suivant la valeur d’un panier de biens dans le temps. Ainsi, si vous constatez que le taux d’inflation a été de 3% cette année, cela signifie que les prix de ce panier de biens ont, en moyenne, grimpé de 3%. Cela signifie aussi que le pouvoir d’achat du dollar a baissé de 3%, c’est-à-dire qu’il vous faudra dorénavant 3% plus de dollars que l’an passé pour acheter ce panier de biens. Si votre salaire est demeuré stable, cela implique que vous êtes maintenant 3% plus pauvre que l’an passé.

Sur le site de la Banque du Canada, on peut s’amuser à calculer la valeur d’un panier de biens de $100 de 1914 à aujourd’hui (2010). Il appert qu’un tel panier de bien coûterait aujourd’hui $1,971. Sur cette période de 96 ans, le taux annuel d’inflation moyen a été de 3.15%. Cela implique que le pouvoir d’achat d’un dollar a diminué de près de 95% sur cette période!

Avez-vous déjà entendu l’expression « l’argent lui brûle dans les poches »? Lorsque l’inflation est positive, cette expression est tout à fait juste! En fait, ce n’est pas la monnaie qui brûle, mais bien le pouvoir d’achat de celle-ci. Pour comprendre comment l’inflation se manifeste, il faut d’abord comprendre le rôle de la monnaie dans l’économie.

Encore l’île déserte :

Supposons que trois naufragés sont sur une île déserte et se répartissent les tâches : l’un d’eux pêche du poisson à raison de 6 par jour, l’un d’eux transporte de l’eau douce d’une source au centre de l’île à raison de 6 portions par jour et l’un d’eux trouve des bananes à raison de 12 par jours.

Au début, les naufragés séparent les victuailles en trois parts égales. Cependant, leur problème est que leurs préférences sont différentes; certains préfèrent plus de poissons alors que d’autres préfèrent plus de bananes. Afin de pouvoir échanger les victuailles selon leurs préférences, les naufragés décident d’utiliser une monnaie d’échange. Ils décident d’utiliser un petit coquillage plutôt rare sur l’île. Après avoir ratissé la plage, ils en trouvent 24, ce qui leur en fait 8 chacun au départ.

Chaque jour, les naufragés se vendent leur cueillette de la journée entre eux. Les prix s’établissent rapidement à 2 coquillages pour un poisson, 1 coquillage pour une banane et 2 coquillages pour une ration d’eau. Les denrées sont toujours vendues à la fin de chaque journée; rien n’est gaspillé, mais les prix peuvent varier en fonction des préférences du jour.

Un beau jour, durant son périple quotidien vers le centre de l’île, le naufragé responsable du transport de l’eau douce tombe par hasard sur un petit tas de 4 coquillages. Excité par sa découverte, il se présente au marché le soir avec l’intention de dépenser ses coquillages sur une troisième ration de poisson.

Comme le pêcheur n’a pas pêché davantage de poisson que d’habitude (6), que le pêcheur veut se garder deux poissons et que le ramasseur de bananes en veut deux lui aussi, le porteur d’eau devra tenter de convaincre l’un des deux autres de consommer un poisson de moins qu’à l’habitude. Il offre donc au pêcheur 4 coquillages pour son troisième poisson.

Tout excité, le pêcheur accepte et utilise les deux coquillages supplémentaires pour s’acheter deux bananes pour compenser la perte alimentaire du poisson vendu. Cependant, le porteur d’eau désire toujours ses quatre bananes, tout comme le ramasseur de bananes. Le pêcheur devra donc convaincre l’un deux de diminuer sa consommation. Il réussit à obtenir les deux bananes supplémentaires en doublant le prix à 2 coquillages plutôt qu’un.

Si vous avez bien suivi l’histoire, vous aurez remarqué que 5 poissons ont été vendus pour 12 coquillages, ce qui fait un prix moyen de 2.40 par poisson, et que 10 bananes ont été vendues pour 12 coquillages, ce qui fait un prix moyen de 1.20. Ces nouveaux prix représentent une augmentation de 20% par rapport aux prix qui prévalaient auparavant.

Voici ce qu’il y a à retenir de cette petite histoire :

-          Les nouveaux coquillages trouvés ont fait augmenter la quantité de monnaie en circulation; ce qu’on appelle la masse monétaire. Le nombre de coquillages en circulation est passé de 24 à 28, soit une augmentation de presque 17%.

-          La quantité de biens à vendre n’a pas augmenté; donc une augmentation de la quantité de monnaie ne signifie pas qu’il y a plus de richesse dans la société. Créer de la monnaie ne permet donc pas de créer de la richesse.

-          Cependant, l’apport de monnaie a modifié la répartition de la richesse entre les habitants de l’île. Le premier à avoir reçu la nouvelle monnaie est celui qui s’est le plus enrichi initialement; le porteur d’eau a eu droit à 3 poissons, 4 bananes et 2 rations d’eau, d’une valeur totale de 14 coquillages si on utilise les prix initiaux. Après lui, c’est le pêcheur qui a bénéficié le plus de la nouvelle monnaie puisqu’il a consommé 1 poisson, 6 bananes et 2 rations d’eau, d’une valeur de 12 coquillages en utilisant les prix initiaux. Le ramasseur de banane n’a consommé que 2 poissons, 2 bananes et 2 rations d’eau, d’une valeur de 10 coquillages en utilisant les prix initiaux.

-          L’impact principal de l’augmentation de la masse monétaire a été une augmentation des prix des biens sur le marché. Plus il y a de coquillages, plus les prix montent…

Vous aurez peut-être noté un détail à la fin : le ramasseur de bananes se retrouve avec les quatre coquillages supplémentaires. Il pourra donc les dépenser à sa guise le jour suivant. Cette situation est attribuable à la trop grande simplicité de mon histoire. Dans la « vraie » économie, il y a des millions de personnes qui transigent et des millions de biens et services à acheter. La nouvelle monnaie est donc répartie de façon plus diffuse que dans mon histoire.

Conclusion:

Donc, pourquoi les prix montent: parce que la masse monétaire est en constante expansion. Nous verrons pourquoi et comment dans la suite de ce billet la semaine prochaine.

Pour en apprendre plus sur l’inflation:

La guerre et l’inflation

Le pétrole et l’inflation

Comment la Fed a gonflé la bulle

Comment les banques créent de l’argent

L’illusion de la monnaie et l’inflation

Stabilité des prix: qu’aurions-nous fait sans la Federal Reserve

Read Full Post »

Faisant suite à un billet antérieur décrivant le programme d’un gouvernement minarchiste au niveau provincial, je me suis prêté au même exercice relativement à un programme qui pourrait être implanté au niveau du gouvernement fédéral canadien.

- Système bancaire:

Une réforme en profondeur du système bancaire canadien serait entreprise. Je commencerais par serrer la vis des banques au niveau des réserves en les empêchant de prêter les dépôts à vue. Ça ralentirait grandement la création de monnaie par le système bancaire. La seconde étape consisterait à abolir la politique monétaire. Plus de création de monnaie par la banque centrale et plus de cible d’inflation. La troisième étape serait d’abolir toutes les mesures étatiques qui avantagent les banques, comme par exemple l’assurance-dépôt obligatoire et le programme de titrisation de la SCHL. Ça ne veut pas dire que l’assurance-dépôt et la titrisation n’existeraient plus, mais au moins elles ne seraient plus subventionnées par l’État.

Après ces trois étapes simples, nous aurions grandement amélioré notre système bancaire et réduit son potentiel inflationniste. La conséquence la plus évidente serait une augmentation du coût du crédit. C’est normal, puisque ce système réduirait grandement l’offre de crédit sur le marché. Dans un libre-marché, quand l’offre diminue le prix monte. Je pense que les banques absorberaient une partie du choc et seraient donc moins rentables. Je pense que les banques canadiennes obtiennent présentement une rentabilité anormalement élevée grâce aux différents mécanismes étatiques dont elles bénéficient. Pour le « big 6″, on parle d’un ROE de plus de 20% alors que les entreprises du S&P/TSX obtiennent un ROE moyen d’environ 12%.

L’autre partie du choc serait absorbée par les emprunteurs, qui verraient leur charge d’intérêt augmenter. La consommation à crédit serait évidemment découragée et l’épargne serait florissant. Cet épargne serait évidemment canalisé vers les marchés financiers, ce qui contribuerait à réduire l’ampleur du choc sur les taux d’intérêt en augmentant l’offre de capital (et de crédit). Autrement dit, le crédit serait financé par l’épargne plutôt que par la création de monnaie, ce qui est beaucoup plus sain.

L’autre conséquence importante en l’absence de création de monnaie serait évidemment la disparition des bulles spéculatives comme la bulle techno de 2001 et la bulle immobilière de 2007. En fait, ce sont les prix en général qui seraient plus stables, c’est-à-dire que le pouvoir d’achat de la monnaie cesserait sa continuelle diminution. En fait, la valeur du dollar canadien s’apprécierait face aux autres devises ce qui augmenterait notre pouvoir d’achat sur les marchés internationaux et, par le fait même, notre niveau de vie.

- Subventions:

J’éliminerais toutes les subventions aux entreprises et utiliserais l’argent pour réduire la charge fiscale de l’ensemble des entreprises.

- Armée:

Je limiterais le budget militaire canadien à la défense raisonnable des frontières et aux opérations spéciales d’urgence. Tous les soldats canadiens oeuvrant à l’étranger seraient rappatriés au Canada. Le Canada adopterait une politique étrangère neutre. Le Canada se retirerait de l’OTAN, du FMI et de la  Banque Mondiale. En contrepartie, des alliances pourraient être conclues avec d’autres pays pacifiques (aussi rares soient-ils) stipulant que si un pays de l’alliance est envahi sans aucune raison, les autres pays se porterons à son secours (notez que les États-Unis ne feraient évidemment pas partie de cette alliance). Cela permettrait  de diversifier le risque géopolitique avec d’autres pays neutres.

- Compétences provinciales:

Le gouvernement fédéral se retirerait de tous les domaines de compétence provinciale, tels que l’éducation et la santé. L’impôt sur le revenu serait diminué du montant équivalent aux économies réalisées.

- Commerce international:

Les barrières protectionnistes encore en place au Canada seraient graduellement assouplies jusqu’à élimination complète. Le processus se ferait de manière très transparente, ce qui ferait en sorte que la structure de production pourrait s’adpater. Les industries touchées pourraient soit améliorer leur compétitivité et devenir dominants ou simplement disparaître et libérer  les ressources pour les industries nous procurant un avantage compétitif.

- Système légal:

Pour qu’un crime soit un crime, il doit y avoir une victime à qui du tort a été fait: meurtre, assaut, viol, vol, fraude ou menaces. Les crimes « sans-victimes » seraient retirés du code criminel. Les ressources policières pourraient ainsi être mieux utilisées à contrer les vrais crimes.

Finalement, le bureau canadien des brevets cesserait d’opérer. Le gouvernement canadien cesserait de faire respecter les droits de propriété intellectuelle.

Read Full Post »

Les variations des prix des biens et services, ainsi que des actifs, proviennent de l’inflation monétaire. Cette inflation quant à elle est engendrée par la création de monnaie. Comme bien des gens ne comprennent pas vraiment comment l’argent est créé, voici une démystification du phénomène.

Tout d’abord, les banques à charte ne créent pas d’argent à partie de rien. Seules les banques centrales ont ce privilège. Les banques à charte ont besoin des dépôts pour créer de l’argent.

Voici comment une banque à charte crée de la monnaie à partir des dépôts:

Sébastien dépose $100 dans son compte à la CIBC. La CIBC garde $10 en réserve et prête à David $90. David utilise l’argent pour acheter un lecteur Blu-Ray chez FutureShop. À la fin de sa journée, le marchand dépose ses recettes à la Banque de Montréal, incluant le $90 de David.

Le lendemain, la Banque de Montréal conserve $9 en réserve du $90 de David déposé dans le compte de FutureShop  et prête le reste, soit $81, à Martin. Martin utilise l’argent pour payer sa saison de hockey. La ligue n’a pas besoin de l’argent pour le moment, elle le dépose donc dans son compte à la Banque TD.

La banque TD conserve $8.10 en réserve et prête le reste, soit $72.90, à quelqu’un d’autre, et ainsi de suite.

Argent initial = $100
Argent total dans le système après les transactions = $100 + $90 + $81 + $72.90 = $343.90

Total de l’argent créé par le système = $243.90

Cet argent n’est pas apparu de nulle part. Si Sebastien n’avait pas déposé son argent, David n’aurait pas pu l’emprunter (c’est-à-dire que la CIBC n’aurait pas inventé $90 à partir de rien). Les banques ont besoin de dépôts pour créer de l’argent. Note: cet exemple utilise un ratio de réserve de 10%, ce qui signifie que si on continue l’exemple, l’argent total qui pourrait être créé sera d’environ $1,000 ($100 * 1 / 10%).

Suite à la lecture de mon billet sur le sujet, vous comprendrez qu’en exigeant que les banques conservent des réserves égales aux dépôts à vue, aucun argent n’aurait pu être créé dans notre exemple.

Contrairement aux banques à charte, les banques centrales peuvent créer de l’argent à partir de rien. Par exemple, la Banque du Canada n’a qu’à se faire un « chèque » de $100 à elle-même et le déposer dans son compte à la CIBC, laquelle lui paie un taux d’intérêt minime sur ce dépot. La CIBC peut ensuite en conserver $10 en réserve et prêter $90 à David, etc…

Dans notre exemple, si le $100  initial était venu de la Banque du Canada plutôt que du dépot de Sébastien, la création totale de monnaie aurait été de $343.90.

Bien souvent, plutôt que de simplement déposer l’argent, les banques centrales vont utiliser l’argent pour acheter des titres de dettes de leur gouvernement. Ainsi, l’État peut financer son expansion avec de l’argent nouvellement créé plutôt qu’avec les taxes et impôts qui sont plus visibles. Cet argent, d’une façon ou d’une autre, devient un dépôt dans une banque et permet au système bancaire de créer encore plus d’argent et, par le fait même, d’inflation. Cette inflation est en fait un détournement de fonds de ceux qui ont épargné de l’argent vers ceux qui bénéficient de l’argent nouvellement créé: les endettés. Et le plus gros endetté, c’est le gouvernement! Il serait primordial d’enlever ce pouvoir aux banques centrales.

J’espère avoir démystifier la chose une fois pour toute!

Si vous voulez approfondir, je vous reommande What governement has done to our money et The Case Against the Fed de Murray Rothbard. Plus récemment, Ron Paul a publié un livre intitulé End the Fed.

Read Full Post »

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 119 autres abonnés