Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for 18 janvier 2013

Le premier octobre 2012, une superbe frégate argentine, le Libertad, a été saisie au Ghana, alors qu’elle y était de passage. La raison est que le gouvernement de l’Argentine n’a toujours pas remboursé ses créditeurs suite à son défaut de $81 milliards en 2001. L’Argentine a offert à ses créditeurs de subir une perte de 65% sur leurs obligations, ce que 93% des détenteurs ont accepté. Cependant, ces obligations ne comportent pas de clauses d’actions collective, comme celles de la Grèce, qui permettrait au gouvernement d’imposer ce règlement à tous les créditeurs à partir du moment où les deux tiers d’entre eux l’accepte. C’est de cette manière que la Grèce a récemment évité de faire "officiellement" défaut sur sa dette (même s’il s’agit dans les faits d’un défaut).

Récemment, un jugement en cour internationale a confirmé une dette de $1.6 milliard envers le fonds Elliott Management, qui fait partie des 7% qui cherchent à être entièrement remboursés. D’ailleurs, les titres du gouvernement argentin sont sujets à une clause pari passu qui fait en sorte que si l’État accepte de rembourser un ou plusieurs de ses créditeurs à plus de 65%, elle devra faite cette offre à l’ensemble de ses créditeurs. C’est en raison de cette clause que le gouvernement argentin n’a pas fait d’offre à Elliott pour les faire taire, car s’il le fait, il devra rembourser tout le monde et le pays ne dispose pas des fonds. Pourtant, un tel accord est nécessaire à l’Argentine si elle veut ravoir accès aux marchés obligataires pour se financer. L’ordre de la cour pourrait être appliqué dès la fin de février 2013, moment auquel nous pourrions assister à un autre défaut de l’Argentine sur sa dette.

Comment un pays peut-il en arriver là?

  (suite…)

Read Full Post »

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 108 followers