Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for 14 novembre 2012

Les revendeurs de billets ou « scalpers » sont souvent considérés comme des ennemis des amateurs d’événements sportifs ou culturels. Pour certains, ils font en sorte que les gens paient « trop » cher pour leurs billets, alors que pour d’autres, ils privent les organisateurs d’une part de leurs revenus.

« Ce n’est pas achetable à ce prix! », lance une jeune fille interviewée par l’émission La Facture, en relation à des billets pour le groupe One Direction au Centre Bell, qui étaient afficher à plus de 5 fois le prix d’origine dans les petites annonces. En fait, c’était plutôt le prix d’origine qui était beaucoup trop bas et qui n’était qu’un mirage; le prix de ce revendeur est plus près du prix réel, i.e. celui qui reflète adéquatement l’offre et la demande. Cette jeune fille n’a peut-être pas les moyens de le payer, tout comme je n’ai pas les moyens de m’acheter une Ferrari, mais ça c’est une autre histoire.

Aux États-Unis, le marché de la revente de billets représente $10 milliards par année et l’activité est de plus en plus tolérée. Pourquoi? Parce que les scalpers rendent un service utile. L’offre de billet est limitée par le nombre de sièges, mais la demande est plutôt difficile à prévoir. Par conséquent, les organisateurs d’événement ont tendance à sous-évaluer le prix de leurs billets de façon à s’assurer de les vendre. Cependant, lors d’un événement très prisé, il arrive souvent qu’au prix d’origine, la demande excède l’offre, ce qui cause une pénurie de billets. Cela signifie donc que le « juste prix » de ces billets devrait être significativement plus élevé. Les scalpers contribuent donc à corriger ce déséquilibre de marché.

(suite…)

Read Full Post »

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 108 followers