Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for novembre 2012

Depuis 1969 et ce jusqu’en 2041, Hydro-Québec a accès à 31.8 TWh d’électricité de la centrale Upper Churchill Falls, au Labrador, au prix dérisoire de 0.27 cents le KWh. Présentement, le prix de « marché » de l’électricité dans le Nord-Est des Etats-Unis a varié autour de 4.5 cents le KWh, soit presque 17 fois plus, ce qui illustre bien à quel point le prix consenti à la Société d’État est dérisoire. D’ailleurs, environ 75% des profits d’Hydro-Québec proviennent de cet écart (voir ceci). Comment HQ a-t-elle pu obtenir une telle concession de Terre-Neuve? Parce qu’elle avait accès à la capacité de transmission et refusait que l’électricité transite à travers le Québec. HQ a donc utilisé ce « monopole » pour obtenir cette électricité à un prix ridicule, au détriment de Terre-Neuve.

Transportons-nous maintenant plus de 40 ans plus tard, Nalcor lance un projet d’expansion hydroélectrique dans la région : le Lower Churchill Project. Les nouvelles centrales de Muskrat Falls et de Gull Island auront une capacité totale de 3,074 MW et produiront 16.7 TWh par année à partir de 2017. Encore une fois, Nalcor a tenté de négocier une entente avec Hydro-Québec pour acheminer cette électricité vers les États-Unis en utilisant la capacité excédentaire du réseau de transmission d’HQ. Cela aurait permis à HQ d’obtenir des revenus de transmissions supplémentaire sans toutefois bénéficier des profits sur les exportations, mais notre chère Société d’État a refusé. Hydro-Québec veut que l’électricité lui soit vendue à un prix prédéterminé (et très bas), pour qu’elle puisse elle-même la vendre à profit aux Américains et aux Ontariens. C’est la fameuse philosophie « maîtres chez nous »…

(suite…)

Read Full Post »

Dans une étude publiée en décembre 2011, la Bank of England étudie des réformes potentielles au système monétaire international. Leur rapport contient des données plutôt intéressantes.

Tout d’abord, pour eux, les trois objectifs d’un système monétaire sont 1) l’équilibre interne (qu’ils associent à la possibilité d’utiliser la politique monétaire pour contrer les cycles économiques), 2) l’efficience allocative (qu’ils associent aux flux de capitaux entre les pays de façon à ce que le capital aille là où il est requis) et 3) la stabilité financière (qu’ils associent aux crises financières).

Selon leur opinion, le système monétaire actuel performe très mal concernant ces trois objectifs. Celui-ci est distordus par des rigidités nominales (résistance à la baisse des prix et des salaires), des marchés incomplets (qui poussent certains pays à accumuler des réserves de change astronomiques), de l’information imparfaite (qui augmente le risque systémique et la formation de bulles) et des arrangements institutionnels malsains (comme les politiques monétaires visant à déprécier la devise pour stimuler les exportations).

(suite…)

Read Full Post »

Les revendeurs de billets ou « scalpers » sont souvent considérés comme des ennemis des amateurs d’événements sportifs ou culturels. Pour certains, ils font en sorte que les gens paient « trop » cher pour leurs billets, alors que pour d’autres, ils privent les organisateurs d’une part de leurs revenus.

« Ce n’est pas achetable à ce prix! », lance une jeune fille interviewée par l’émission La Facture, en relation à des billets pour le groupe One Direction au Centre Bell, qui étaient afficher à plus de 5 fois le prix d’origine dans les petites annonces. En fait, c’était plutôt le prix d’origine qui était beaucoup trop bas et qui n’était qu’un mirage; le prix de ce revendeur est plus près du prix réel, i.e. celui qui reflète adéquatement l’offre et la demande. Cette jeune fille n’a peut-être pas les moyens de le payer, tout comme je n’ai pas les moyens de m’acheter une Ferrari, mais ça c’est une autre histoire.

Aux États-Unis, le marché de la revente de billets représente $10 milliards par année et l’activité est de plus en plus tolérée. Pourquoi? Parce que les scalpers rendent un service utile. L’offre de billet est limitée par le nombre de sièges, mais la demande est plutôt difficile à prévoir. Par conséquent, les organisateurs d’événement ont tendance à sous-évaluer le prix de leurs billets de façon à s’assurer de les vendre. Cependant, lors d’un événement très prisé, il arrive souvent qu’au prix d’origine, la demande excède l’offre, ce qui cause une pénurie de billets. Cela signifie donc que le « juste prix » de ces billets devrait être significativement plus élevé. Les scalpers contribuent donc à corriger ce déséquilibre de marché.

(suite…)

Read Full Post »

Dans son édition du 13 octobre dernier, le magazine The Economist publiait un rapport spécial de 10 articles sur les inégalités dans le monde. Le magazine qualifie cet enjeu comme étant l’un des plus importants défi de l’économie mondiale…

Première trouvaille intéressante, le coefficient Gini mondial (mesurant les inégalités de revenus) a diminué au cours des dernières années, soit depuis les années 1980! Cependant, il a augmenté dans certains pays industrialisés.

  (suite…)

Read Full Post »

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 119 autres abonnés